jeudi 14 janvier 2010

.:: TRÈS TRÈS TRÈS BONNE ANNÉE 2003 À TOUS ::.

Pour tous ceux qui se sont un jour interrogé — et Dieu sait si vous devez être nombreux, oulala, oui, hein ! — sur le comment et le pourquoi de cette folle passion pour l'espace public et ses chantiers poétiques, voilà aujourd'hui révélé — sous vos yeux ébahis, eh oui ! — comment tout a commencé…

Nous venions d'avoir 18 ans, nous étions beaux comme des enfants, forts comme des hommes…
aaaaaaaaaaaah, la vie étudiante et ses fracas : Montaigu {85} en 2003, c'était sa digue, ses "saucisse-purée" – 100% lait + crème fraîche+beurre+gruyère –, son crémant lowcost, ses chansons paillardes et surtout ses dirtyplayers lachés dans les rues abandonnées à la nuit tombées… en somme, un terrain de JE idéal pour débuter… <

BREF ! Trèves de nostalgie larmoyante :

Nous vous souhaitons à tous une très trèS trÈS tRÈS TRÈS BONNE ANNÉE 2003 !


P.S : Saurez-vous retrouver "Où est Charly" dans cette image ?

mardi 20 janvier 2009

En Appar'T#1

Bien le bonjour à tous,
ne nous mentons pas,
ces derniers temps,
le blog est un peu au point mort…
En attendant le retour de nos aventures dans l'espace public,
on en profite pour faire un peu de promo
pour les copains rennais de Sans Titre, 2006 :




"En Appar'T #1 se déploie dans un appartement rennais composé des espaces fonctionnels traditionnels que sont un salon, une cuisine, une salle d’eau, une chambre et un balcon. 7 artistes ont été invités à penser une intervention sur ce lieu. Le protocole a ainsi établi l’espace, mais également le temps : une journée de production ; 12h d’ouverture aux publics réparties sur 3 jours. Il s’agit d’offrir une proposition parallèle, complémentaire, différente des circuits classiques, qui ne se joue pas dans la même temporalité, ni dans les mêmes codes spatiaux et de représentation. Le fond du projet implique pour les artistes de penser des stratégies d’existence des œuvres en elles-mêmes et par rapport aux autres, au sein d’un espace privé fait public qui met en correspondance une double interrogation : celle de l’espace et celle du temps de l’exposition. En effet, En Appar’T #1 impose un renoncement à une part de sa vie privée pour l’hôte, qui doit alors s’arranger avec l’art et est amené à réévaluer la perception sensorielle de son environnement. La présence d’œuvre dans l’espace de vie qu’est l’appartement redéfinit donc l’usage du lieu et les activités qui peuvent – ou ne peuvent plus – s’y dérouler. Cela impose également aux artistes de se confronter au donné et de créer le contexte qui fera exister leur œuvre. Ce premier En Appar’T souhaite fonctionner comme un catalyseur d’énergies, un lieu et un temps de production et d’exposition, un moment de critique et d’échange, permettant un enrichissement mutuel par le croisement des sensibilités. Il est conçu comme un processus lié à la volonté d’être dans une recherche permanente.

Avec Elise Auger, Camille Fosse, François Lancien Guilberteau, Aline Morvan, Julien Nédélec, Thomas Tronel-Gauthier et Thomas Tudoux.

Horaires de visite :
Vendredi : 18h - 21h / Samedi et Dimanche : 15h – 19h"

samedi 27 décembre 2008

.:: ANNÉE D'À-VENIR_0,09 ::.


TOUT EST DIT, non ?

jeudi 2 octobre 2008

L&P_lect.0,0

En juillet dernier, Jérome GARCIN ,animateur du Masque et la Plume sur France Inter, directeur du service culturel du Nouvel Obs. et désormais parrain de l'association Littérature & Poétiques était venu à Saumur pour une lecture publique au Jardin des Plantes. Au cours de cette dernière, nous eûmes la chance de pouvoir entendre un texte rare : "Selles de cheval" présenté dans cette vidéo.